mardi 25 mars 2014

Gluten, auto-immunité et porosité intestinale

Quelques notes prises à partir d'une interview du Dr Alessio Fasano par Chris Kresser - Août 2012 - extraits (plus complets) de l'interview en anglais sous la version française...

Et la morale de l'histoire: les acteurs des médecines alternatives sont des... Visionnaires!

- - -

Alessio Fasano, chercheur avant-gardiste, parle du gluten, d'auto-immunité et de porosité intestinale
Par Chris Kresser

Aout 2012

"Chris Kresser: pourquoi selon vous y a -t-il tant de scepticisme dans la communauté médicale au sujet de la porosité intestinale? Quels changements avez-vous constaté en la matière au cours du temps?

Alessio Fasano: au delà du fait que, malheureusement, les gens ont des idées préconçues, etc..., c'est un fait qu'il y a eu un usage abusif de ce terme de "porosité intestinale" - terme que je n'aime vraiment pas. Et je ne veux pas mettre d'étiquettes aux gens et faire des généralisations mais ce sont principalement les réseaux des médecines alternatives les responsables, eux qui d'une façon visionnaire, ont identifié le mécanisme de la porosité intestinale comme cause probable de nombreux problème. Le problème c'est que nombre de leurs affirmations n'étaient pas basées sur des faits scientifiques, et c'est allé jusqu'à la création de ce syndrome de la porosité intestinale qui était basé sur très peu de faits et beaucoup de fantasmes et c'est pourquoi la médecine traditionnelle a été si sceptique pendant des années.
Il faut savoir que cette idée de l'intestin poreux a été avancée par la médecine alternative avant même la découverte des "portes" [entre les jonctions serrées des cellules intestinales]. Ce n'est pas surprenant que la médecine traditionnelle ait été suspicieuse (...).
(...) Nous nous basons sur des faits, et la découverte des jonctions serrées, la découverte qu'elle peuvent être modulées, les preuves cliniques que des gens peuvent avoir des brèches dans leur barrière intestinales associées à l'auto-immunité, le Genome Project, nous ont donnés des outils pour chercher les gênes associés à ces maladies, inclues les maladies auto-immunes, ce qui nous a mené à la découverte de gênes modulant la perméabilité intestinale, en lien avec les maladies auto-immunes, jusqu'à la découverte de la zonuline qui est maintenant utilisée en tant que biomarqueur. Et à présent la médecine traditionnelle commence à penser qu'il y a du vrai dans cette histoire. Et ainsi, le nuage de confusion et ce débat houleux c'est calmé et il n'y a plus ces deux camps extrêmes [du "tout est expliqué par l'intestin poreux" et de "l'intestin poreux est un mythe"] et en même temps, il y a toujours beaucoup de confusion.
(...)

Kriss Kresser: j'ignorais que la théorie de la porosité intestinale était apparue avant la découverte des jonctions serrées. C'est intéressant.

AF: oh, oui, et encore une fois, c'est la raison pour laquelle c'était visionnaire."

(...)
Deux stimuli majeurs stimulent la sécrétion de zonuline chez tout le monde:
- des bactéries dans l'intestins grêle, là où il ne devrait pas en avoir. Les bactéries devraient être confinées dans le côlon. Mais si des bactéries s'installent dans l'intestin grêle, commencent à consommer des nutriments, alors les cellules épithéliale sécrètent de la zonuline. Les jonctions serrées s'ouvrent, de l'eau arrive de par en-dessous pour diluer les toxines produites par les bactéries et évacuer ces dernières.
- le gluten (gliadine), qui induit la production de zonuline chez tout le monde.
Chez certains, la sécrétion de zonuline sera modérée et l'ouverture des jonctions serrées sera brève (quelques minutes seulement) et le système immunitaire se débrouillera pour faire le ménage de ce qui passera à travers sans se faire remarquer. Les malades coeliaques, eux, produisent trop de zonuline, l'ouverture des jonctions serrées perdure si bien que des substances nocives, inclues le gluten, peuvent passer et d'autre part le système immunitaire, en voyant ces substances, déraille, et déclenche une réaction d'attaque contre le corps qui conduit a la maladie coeliaque.
(...)
La maladie coeliaque est un caméléon et les symptômes sont très peu spécifiques: fatigue, anémie, picotement au bout des doigts...
Beaucoup de gens ont ce genre de symptômes et on est susceptible de leur dire que, pourtant, rien ne cloche chez eux, qu'ils sont juste anémié et qu'ils doivent se supplémenter... Quand les gens entendent dire que la maladie coeliaque peut causer ce genre de symptôme, ils s'interrogent. Certains finissent par être diagnostiqués coeliaque, d'autres pas, parce qu'ils ne remplissent pas les critères mais parce qu'ils sont désespérés, parce que rien d'autres n'explique leurs symptômes, ils décident d'essayer le régime sans gluten malgré tout. Et certains voient leurs symptômes réduits, parfois même disparaître.

Au début, on voyait ces gens arriver à notre clinique, on leur disait qu'ils n'avaient pas la maladie coeliaque, qu'ils n'avaient aucune raison de suivre le régime sans gluten. Et puis on a vu le phénomène prendre de l'ampleur. On s'est demandé si tous ces gens étaient cinglés! Est-ce qu'ils répondaient tous à un effet placebo? Alors on a creusé la question et c'est ainsi qu'on a découvert qu'il existe une autre forme de réaction au gluten que nous appelons sensibilité au gluten. Il s'avère que c'est une réponse immunitaire au gluten, non-autoimmune comme pour la maladie coeliaque (...)
C'est une forme différente de réponse immunitaire qui ne crée qu'une inflammation mineure, sans endommager les intestins et elle cause ces symptômes intestinaux et extra-intestinaux.
(...)

Passage concernant les tests de dépistage...
(...)
Taux élevé de zonuline chez des coeliaque suivant le régime sans gluten, phénomène observé aussi dans des cas de diabète de type 1, sclérose en plaque, maladie de crohn, cancer des ovaires, du pancréas.. et dans des troubles du système nerveux, inclus la schizophrénie et l'autisme.
(...)
L'âge d'introduction du gluten dans l'alimentation des enfants joue un rôle dans le déclenchement de la maladie coeliaque.
"Ce n'est pas le destin que vous deveniez coeliaque parce que vous avez les gênes pour. Le destin peut être manipulé. La question est de savoir ce qui peut être fait pour prévenir ou retarder l'apparition de la maladie. L'une des questions les plus débattues et les moins prêtes d'être résolue est le moment d'introduction du gluten dans l'alimentation pour ceux qui sont génétiquement prédisposés. Nous savons que de l'introduire trop tôt sera nocif. Cela est bien connu. C'est établi. Tout le monde est d'accord là-dessus. La question est de savoir si nous retardons l'introduction du gluten, est-ce que nous retardons ou prévenons l'apparition de la maladie? Personne n'a encore fait d'études pour le savoir parce que ce sont des études très complexes et coûteuses."
 (...) Mais quelques études courtes ont été faites et selon les premiers chiffres, il est possible de retarder la maladie coeliaque en retardant l'introduction du gluten.

- - - -

Aucun commentaire:

Publier un commentaire