samedi 17 octobre 2015

Cursus en hiatus

Depuis quelques jours je ne suis techniquement plus étudiante en naturopathie, étant donné que l'institut ou j'étais inscrite a déposé le bilan.
Avec les élèves de ma promo, nous étions à 3 mois de passer notre examen final, celui qui était censé nous donner accès au diplôme de "praticien de santé naturopathe".
J'ai mes attestations de "validation des acquis" de première et de deuxième année de formation, j'ai effectué les 3/4 de ma troisième année et boum big badaboum, ça s'arrête là.
Ou pas.
Il va peut-être être possible de "rattraper" quelques journées de cours grâce à des formateurs qui auront peut-être l'extrême générosité de nous faire cours gratuitement, ou pas, et il sera peut-être possible de faire valider ceci cela, ou pas, et de passer malgré tout un examen, ou pas, et je vous fais grâce de tous les autres "peut-être par-ci" et "peut-être par là", étant donné que j'en ai perdu le compte moi-même.

Ce que je sais, c'est que certaines personnes pratiquent l'activité de "coach en nutrition" ou de "naturopathe" ou de "nutrithérapeute" sans avoir le diplôme de naturopathe ni celui de nutritionniste, que certains ont bien tel diplôme mais qu'ils l'ont obtenu "seulement" par correspondance (j'ai bien passé mon Bac comme ça, élève au CNED) ou bien ils ont effectué juste un morceau de telle formation et se présentent tout de même comme s'ils l'avaient faite en entier, un peu "au culot", et à partir du moment où ils sont compétents, tout le monde est content quand même.
Ce que je sais, c'est que des labos pharmaceutiques très sérieux organisent des expéditions en Amazonie pour aller demander à des guérisseurs locaux sans aucun "diplôme" - qui n'ont même pas de "cabinet" ni de numéro SIRET ni rien, bref..., pour leur demander de leur montrer quelles sont les plantes dont ils se servent.
Ce que je sais, c'est que des médecins français dûment diplômés et tout fraîchement sortis de leur école de médecine - ou pire, avec 30 ans d'expérience, se plaisent à expliquer que l'autisme est une psychose.

Un diplôme ou son absence, au final, ne sont une garantie de rien du tout.
Soit je m'adapte et me range à cette idée, soit je nie toutes les connaissances et les compétences que j'ai acquises durant ces quasi 3 années et ce serait un peu me nier moi-même, ce serait un chouilla violent.
Soit je me range à l'idée que je "vaux" bien quelque chose malgré tout, même sans diplôme, soit je retourne faire de l'aide à domicile 15 heures par semaine pour 8 euros de l'heure et un abonnement chez le kiné en prime (parce qu'aide à domicile, c'est du sport, disons).

Jusque là, je répétais à tous les gens qui me demandaient des renseignements sur la naturopathie que tous les naturopathes ne se valent pas, qu'il faut aller voir des naturopathes "diplômés".
Je m'attendais à ce que - à la fin de mes études chèrement payées (sur tous les plans: financiers, personnel, en terme d'énergie, de temps, etc), je puisse passer un examen, faire preuve de mes connaissances et de mes compétences devant mes "paires", et hop! Diplôme, reconnaissance, validation, feu vert, go go go!

Là il va falloir que je fasse sans, autrement dit, au culot.
J'ai déjà fait beaucoup de choses au culot dans ma vie, mais quand même, ça, ça va être un gros morceau.
Aller faire des photos de concert punk dans des bars bondés, prêter de l'argent à des rockeurs pour qu'ils enregistrent leur premier album, poster en ligne sous ma véritable identité des nouvelles "érotiques et terrifiantes" (pour citer un lecteur) et des autoportraits nus (mais "pudiques" quand même, hein), poster des vidéos (habillées) sur différents thèmes, dont celui de mon parcours diagnostic d'autiste alors que je vis dans un pays où l'autisme est encore largement vu comme une maladie "mentale"...
A chaque fois beaucoup de culot, quoi que pas seulement du culot, du "jusqu'auboutisme": aussi beaucoup d'inconscience, de naïveté, d'innocence, de confiance parfois très mal placée, pour des résultats toujours plus ou moins improbables, bien que, ma foi, concrets.

Les photos de concerts dans les bars (et ailleurs): grosses progression de mes habiletés sociales et disparition de ma phobie sociale.
Le prêt pour l'enregistrement d'un album: un de mes albums préférés "sorti" en CD pour de vrai.
Les nouvelles et les photos "olé olé": exploration, affirmation, construction et consolidation de mon identité d'être humain sexué, sensible, passionné et féminin.
Les vidéos: en trois ans, des dizaines de mails de gens m'adressant leur témoignages, leurs questions, leurs demandes de conseil, leurs encouragement, leur soutien.

Il y a quelques jours, je me suis inscrite à une nouvelle formation, j'ai envoyé le chèque d'arrhes avec le bulletin d'inscription, au moment même où je commence à voir le fond de mes économies et où je suis chômeuse en "fin de droit" sans plus aucun revenu. C'est une formation à l'accompagnement sensuel et/ou sexuel organisé par l'association APPAS (Association Pour la Promotion de l'Accompagnement Sexuel des personnes handicapées, http://www.appas-asso.fr/).
Et non seulement je m'y inscris mais en plus j'en parle.
Encore du "culot"...

Je n'ai pas encore décidé de ce que je vais inscrire sur mes cartes de visite. Le choix du "titre", de la "fonction" évoluera peut-être au fil des mois et de la pratique. Je tâtonnerai peut-être un peu. Ce sera peut-être "coach en hygiène de vie" ou "naturo-hygiéniste".
Sur les cartes de visite, en tout cas, il y aura "Membre de l'association Alliance Autiste".
Peut-être que dans quelques mois j'ajouterai "Membre de l'association APPAS"...
On verra...

En tout cas si les gens qui connaissent le sujet de l'autisme et qui répètent volontiers que les autistes sont capable de développer des compétences réelles dans le domaine de leurs intérêts restreints, je les attends au tournant et je ne manquerai pas de les prendre au pied de la lettre, en bonne autiste qui a du mal à comprendre les "à peu près" et les "petits arrangements" avec la vérité.

Je compte finir de rédiger mon mémoire sur la prise en charge naturopathique de l'autisme et le mettre en ligne aux alentours de la mi-janvier, histoire que chacun puisse se faire - en toute autonomie, sa propre opinion de ce que j'ai dans le crâne.

J'ai mon numéro SIRET d'auto-entrepreneur, il me reste à prendre une assurance responsabilité civile professionnelle, et hop là, il faudra que je me "lance", ne serait-ce que pour pouvoir payer ma prochaine formation...

En bonne "pro", je compte bien faire en sorte que, d'une façon ou d'une autre, la formation continue.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire