lundi 19 décembre 2016

La MDMA et l'empathie


Témoignage d'un autiste Asperger, Larry Gray, sur son expérience avec la MDMA (dans ce cas sous la forme d'Ecstasy); vidéo mise en ligne le 12 mars 2016, sur la chaîne youtube de MDMA The Movie.

Traduction en français sous la vidéo.





"Comment j'ai entendu parler du syndrome d'Asperger pour la première fois?
C'est mon neveu qui m'a parlé d'un livre, de Tony Attwood. Et j'ai lu ce livre et c'était comme de lire l'histoire de toute ma vie! Cela répondait à de nombreuses questions auxquelles je n'avais jamais eu de réponses, comme pourquoi j'avais eu des difficultés d'apprentissage, des difficultés à socialiser, pourquoi j'avais eu des difficultés à avoir des relations amoureuses, à avoir des interactions sociales avec les gens.
J'ai presque 62 ans et je n'ai jamais eu de relation amoureuse qui ait duré plus d'un an et j'en ai eu seulement deux qui ont duré un an.

Ma première expérience avec la MDMA, c'était avec six amis, dans la montagne, dans un chalet. J'avais des idées fausses sur la MDMA, parce que j'avais toujours entendu dire qu'on en prenait dans des clubs, avec de la musique forte et des gens qui dansent toute la nuit, et qui deviennent fou et tout ça... Alors je me suis dit, ok, on va aller dans la montagne, où personne ne peut nous entendre, et on va mettre de la musique à fond, toute la nuit!
Mes amis semblaient plutôt dignes de confiance alors je me suis lancé et ce fut une sacrée surprise.
Je n'ai jamais eu une expérience aussi calmante, apaisante, une expérience reposante pour l'esprit inquiet. C'est ce qui m'est venu.

C'était très détendu, au bord d'un torrent de montagne, il n'y avait pas de musique, tout le monde était juste assis là, certains parlaient, d'autres pas.
Je me suis senti complet, entier, comme si différentes parties de moi s'étaient réunies en une seule personne.
Pour la première fois de ma vie j'ai été capable de ressentir, j'ai eu de véritables sentiments et je sens que je peux transmettre cela vers l’extérieur à présent, puisque j'ai quelque chose à l'intérieur.

Cela m'a ouvert à une certaine connaissance, à laquelle j'étais aveugle auparavant. Cela ne signifie pas que je suis totalement différent, mais ça a aidé, par étapes. C'est comme un pas de plus, qui me rend plus humain, plus aimant, plus ouvert et réceptif, et moins rigide, moins guindé.
Parce qu'avec le syndrome d'Asperger, vous êtes rigide, vous êtes guindé, et c'est difficile d'être spontané.

J'ai laissé passer beaucoup d'opportunités parce que je n'avais pas dit la bonne chose, parce que je ne m'étais pas présenté, parce que je n'avais pas persévéré... Et je vais êtres plus ouvert, plus réceptif, et je vais essayer de penser à l'ici et maintenant, au moment où je suis avec quelqu'un.

Je sens que j'ai peut-être une chance, même à mon âge, d'avoir une relation amoureuse et s'il y a une possibilité... J'ai essayé, tellement fort, toute ma vie... Et s'il y a une possibilité... Je sens vraiment... Ce que je sens au fond de moi, c'est qu'il y a une possibilité, et c'est un sentiment merveilleux, d'avoir juste de l'espoir, juste d'avoir l'espoir que je peux trouver l'amour. C'est quelque chose que je n'ai jamais senti, de toute ma vie, jamais de toute ma vie, je ne me suis senti aimé par quelqu'un.
J'ai connu la passion, le sexe, mais je n'ai jamais senti de l'amour.
Cette drogue m'a fait ressentir l'amour, ou bien le sentiment que je pouvais atteindre l'amour humain, et ça, c'est puissant."

 Copyright Viveka Films

Aucun commentaire:

Publier un commentaire