mardi 11 novembre 2014

Gluten et humeurs gothiques

Pour illustrer comment peut se traduire la sensibilité au gluten non-coeliaque, le genre d'effet qu'elle peut avoir sur l'humeur, j'ai pensé aux gothiques.

Il y a quelques années de cela, j'étais une "gothique". Ma période "gothique" dura des débuts de ma dépression fin 1992 jusqu'au printemps 2011, grosso modo (soit de mes 16 ans à mes 34 ans). Je m'habillais beaucoup en noir ou en couleur sombres, je lisais (et écrivais) des histoires de vampires, de fantômes, je pleurais assez souvent, j'avais des phobies, des angoisses pétrifiantes, j'avais horreur de rester au soleil, je voulais la nuit ou bien l'aube et le crépuscule, le plein jour m’assommait, je voulais la neige, la pluie, le brouillard, le soleil semblait me vider de mon énergie, parfois dans la rue me prenait la sensation d'être un fantôme errant parmi les vivants... Puis, même une fois sortie de dépression, suffisamment forte pour me tenir debout dans le monde, assez forte pour ne plus m'effondrer sous la moindre goutte de stress, je restai toute fois atteinte d'une mystérieuse mélancolie vissée au corps, comme un incompréhensible mal du pays, avec un penchant pour les cimetières, les roses, la brume, les atmosphères entre chien et loup, la conviction que toute éclaircie dans ma vie ne pouvait être qu'un bref répit dans la tempête, un ciel de plomb toujours en toile de fond.
Et puis j'ai arrêté le gluten en février 2011 et petit à petit, adieu tristesse! Elle se dissipa en quelques mois comme un banc de brume sous la chaleur du soleil levant.
Je garde une certaine affinité avec l'esthétique gothique, je reste une "romantique", une amoureuse des fées, des fleurs et des vieilles pierres, mais les vampires ne me fascinent plus: ils ne font plus que m'attendrir.

Les céréales à gluten, sur lesquelles repose l'alimentation "normalo-moderne", endommagent les intestins qui au fil des années vont devenir de moins en moins aptes à faire leur boulot, c'est à dire à absorber les nutriments tels que les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments, dont tout organisme a besoin pour "pêter la forme"! D'autres facteurs sont susceptibles de jouer sur l'état de nos intestins: notre microbiote/flore intestinale - malmené par les antibiotiques et la malbouffe, ou encore le stress, dont la vie "normalo-moderne" est si riche... Mais les boulangeries restent en général plus nombreuses autour de nous que les boîtes d'antiobio et elles sont souvent les endroits où l'on va justement se réconforter après un coup de stress...
Chez les personnes les plus "sensibles" au gluten, années après années, les carences vont affecter le corps en profondeur, y compris le système nerveux et le système endocrinien (hormonal) qui, grosso modo, vont lentement dégénérer, s'affaiblir de plus en plus, et ces personnes vont devenir de plus en plus souffreteuses, énervées, à fleur de peau, fondamentalement tristes, vides de sens et surtout de joie de vivre.
Certains affirment même que le gluten, que notre corps est inapte à dégrader correctement (vu que nous ne sommes pas des granivores!), passe la barrière des intestins sous forme de "peptides opioïdes" dont l'influence sur notre système nerveux pourrait être comparable à celle des psychotropes...


Autrement, dit, on pourra par exemple développer une anémie chronique et inspirer de très jolies paroles de chansons:

"Anémie, mon amour... 

Perdue au fond des brouillards du passé, 
Elle imagine un monde sans lumière, Et court après les fantômes oubliés. 
Belle comme un rêve, moi je l'aime, 

Blanche comme l'hiver, anémie mon amour. 
Blanche est sa chair, anémiée pour toujours. 

Perdue dans un décor de souvenirs, Elle danse, et danse, la valse des mystères. 
Au brûlant de mon âme et de mes soupirs, 
Belle comme un rêve, moi je l'aime, 

Blanche comme l'hiver, anémie mon amour. 
Blanche est sa chair, anémiée pour toujours...."...






Des sensations d'irréalité, de dématérialisation, de brouillard mental, voir parfois des hallucinations...


Lizzie Saint Septembre, vue par Féébrile


... Hypersensibilité au soleil...

Caro, en 2009


Le groupe Varsovie


... Des goûts morbides...

Caro, 2010

Lizzie Saint Septembre, Tumblr


... Des addictions, pour "compenser", tenir et s'amuser malgré tout: alcool, drogues, anxiolytiques, chocolat...

Caro, en soirée, 2009 
(en vrai, je n'étais quand même pas alcoolique, hein!)


Cadre dent en chocolat, par Lizzie Saint Septembre



Voilà, donc si vous êtes un professionnel de la santé, pensez au gluten la prochaine fois que vous recevrez un "vampire" dans votre cabinet!
Et si vous êtes gothique et que vous avez arrêté de consommer du blé, du seigle, de l'orge, de l'avoine, de l'épautre et du kamut depuis deeees années et que vous êtes pourtant toujours viscéralement gothique jusqu'au bout des ongles, merci de me contacter! J'aime bien remettre en question mes théories!
Pour ceux qui serait tenté par l'éviction du gluten, pour voir si ça peut chasser les idées noires et les volées de corbeaux et les toiles d'araignées, etc... , voir tout en haut de la colonne de droite de cette page: "le régime sans gluten sans caséine pour les nuls"!

Exemple d'un article "sérieux" qui traite de ce sujet plus "sérieusement": "Gluten sensitivity presenting as a neuropsychiatric disorder" .


Et j'avoue, si je me suis mise au vert sans gluten...

Caro, 2013


... Je reste un peu accro au chocolat (un petit bout quasi tous les jours!):

Tablette de 1kg de chocolat noir cru, marque El Inti/Saldac.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire