jeudi 14 août 2014

Autisme et gluten, le "débat"

Un blogueur autiste a écrit un billet d'humeur sur le gluten.
Je lui ai laissé ma réponse dans les commentaires:


"Bon, cet article est un billet d'humeur.
Alors on est autorisé à y répondre en fonction de notre humeur aussi?
Dans le cadre du débat sur le gluten, dire "moi j'aime le gluten", c'est comme de dire "moi j'aime l'alcool" en plein milieu d'une discussion sur la cirrhose du foie.
Et pourquoi est-ce que tu ne veux pas entendre parler du 2ème cerveau? Que ça te plaise ou non, comme tout le monde tu as un système nerveux entérique. A moins que contrairement à tout le monde, tu n'aies pas de "tripes"?! :P
Ce qui serait intéressant dans ce débat, de la part des gens que le débat énerve ou titille ou que sais-je, ce serait qu'ils disent "moi cette histoire de gluten ça m'énervait. J'ai entendu parler de la "sensibilité au gluten non-coeliaque" en long en large. Je me suis dit "c'est n'importe quoi". J'ai entendu dire que le seul moyen de la détecter à coup sûr, c'est le régime d'éviction pendant 3 mois. Alors j'ai dit chiche, pour prouver que je ne suis pas sensible au gluten, parce que j'aime le gluten.
J'ai tendance à être un peu extrémiste, en bon autiste que je suis.
J'ai dit "chiche" alors pendant 3 mois j'ai arrêté de manger des céréales. Oui, j'ai arrêté toutes les céréales, parce que j'ai entendu dire qu'il n'y a pas que dans le blé qu'il y a du gluten, alors j'ai voulu être sûr de faire les choses bien, à fond, en bon autiste que je suis.
Pas de céréales pendant 3 mois.
J'ai fait attention de manger beaucoup de choses qui calent bien le ventre parce que je suis gourmand, j'aime bien me caler le ventre. Et puis me caler le ventre, ça m'aide à gérer mon anxiété.
J'ai mangé beaucoup de pommes de terre: en purée, sautées, à l'eau, en robe des champs, au four, frites, en gratin, à l'étouffé avec des petits légumes... et beaucoup de patates douces. J'ai mangé beaucoup de bananes, à la croque ou en smoothie (avec du cacao, c'est trop bon), et même flambées.
J'ai mangé beaucoup de sarrasin, en pain des fleurs (craquottes), en flocons, et entier cuit à l'eau ou à la poêle, "pilaf", comme du riz, avec du tamari sans gluten. Je suis devenu fan du tamari. J'ai mangé beaucoup de quinoa: à la sauce tomate avec des épices ou en taboulé avec des épices. Je suis fan des épices.
Le sarrasin et le quinoa ne sont pas des céréales, j'ai vérifié.
J'aurais aussi pu manger des lentilles, des haricots rouge, des haricots blancs, des pois chiche... Bref, j'aurais pu manger des légumineuses, mais je les digère mal.
J'ai aussi mangé beaucoup de fruits, de légumes et d'oléagineux (des avocats qui calent bien le ventre et des amandes, des noix, des noisettes, de la purée d'amande blanche, de la purée d'amande complète, de la purée de sésame...) parce que j'avais peur des carences: je voulais être sûr d'avoir un bon apport en vitamines, en minéraux et en fibres.
Ma nana m'a même fait des pizzas sans gluten, avec de la pâte à pizza congelée qu'on a acheté en magasin bio. J'avoue, c'était bon.
Résultat après 3 mois: ..."
:)"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire